Skip to content

Amman la moderne

2010 septembre 22
Amman city, Jordan

Vue du haut de la Citadelle.

Le guide en disait “Amman is a modern Arabic city rather than one of the great cultural centers of the Middle East”. Pas faux.

Ici l’Antique est expédié en trois heures montre en main. Une vieille citadelle rasée et re-rasée par chaque nouveau maître des lieux – ils furent nombreux -, et qui fait encore honneur à ce tumultueux passé. Comprenez par là qu’il n’en reste que les fondations. Adjoignez-y le théâtre romain de la ville (chaque bled du coin ayant son théâtre romain), et vous aurez fait le tour du propriétaire.

En revanche le Amman nouveau ne manque pas d’intérêt. Les deux Amman en fait. Le Amman de l’Est est populaire et traditionaliste, les boutiques y fleurissent dans une joyeuse anarchie, cachées par les étals de marchés improvisés, bruyants et sales. Le Amman de l’Ouest est moderne et clinquant, bars, discothèques et restaurants branchés s’étalent sur les coteaux de la ville, striés de larges artères d’une relative propreté.

Je partage le taxi avec une étudiante en architecture, en stage au département d’urbanisation d’Amman. Elle dépeint la cité comme un cauchemar d’urbaniste, bâtie à la va-vite sur des collines escarpées par des flots de réfugiés palestiniens. 60% de la population en est originaire, me dit-on. Huda est de ceux-là. Elle a 24 ans, et bosse dans la com’, achat media. Je la rencontre en faisant du stop le long de la Mer Morte.

Huda

Deux jours plus tard, elle m’explique autour d’un narghilé la vie d’une femme dans un pays musulman. Elle ne porte pas le voile, et ne fera pas le ramadan : elle peut manger à l’abri des regards au bureau. Mais son père n’en saura rien, pas plus que ses sept sœurs et trois frères ainés. Elle n’a pas vraiment d’ami du sexe opposé : tout rapprochement risque de se conclure par une demande en mariage. D’ailleurs son téléphone sonne sans arrêt, quand un homme l’appelle, à l’autre bout du combiné, les trois mêmes phrases reviennent sans cesse “Où et avec qui es-tu ? Que fais-tu ? Rejoins moi immédiatement.”. Elle me demande de me taire si c’est son père, ce qui est fréquent. Pour avoir la paix, elle dit qu’elle fait des heures supp, elle utilise cette justification à chaque sortie. Elle vit chez ses parents, et ne quittera les lieux que mariée. Cette vie de potiche soumise, elle n’en veut pas, elle ne la transmettra pas à sa/ses fille(s). Mais elle se sent bien seule dans cette condition, les autres femmes étant rares à revendiquer un tel degré d’émancipation. Huda lancera sa propre boîte d’achat media dans quelques semaines.

Amman, une ville moderne.

5 Responses leave one →
  1. septembre 23, 2010

    Non mais sinon, tu fais des rencontres autres que des jolies filles, des fois ? ;)

    • septembre 23, 2010

      Bah y a bien quelques moustachus mais c’est pas avec eux que je vais faire de la Page Vue … :)

  2. dad permalink
    septembre 24, 2010

    Donc le but du voyage est bien de rencontrer des nanas et faire de la Page Vue. C’est du beau….

Trackbacks and Pingbacks

  1. Beyrouth l'écartelée | f0ll0w-me
  2. Jordanie for cheap | f0ll0w-me

Leave a Reply

Note: You can use basic XHTML in your comments. Your email address will never be published.

Subscribe to this comment feed via RSS